share
Version imprimable

Current Size: 100%

L'autotest de dépistage du VIH

L'autotest de dépistage du VIH

Pour revenir à la newsletter

 

Recommandée depuis 2010, la fusion entre le CDAG et le CIDDIST a été effective au 1er janvier.
Le Dr RONCATO, praticien exerçant au sein du CDAG du Groupe Hospitalier nous en dit plus sur cette nouvelle structure.

Dr Mariam RONCATO, vous exercez au sein du nouveau CeGIDD, quels sont les changements ?

Dr M. R. "Avant 2016, le CIDDIST avait pour mission de réaliser les dépistages des infections sexuellement transmissibles, la syphilis, les chlamydiae et les gonocoques tout en proposant une capacité de traitement. Les CDAG quant à lui réalisaient les dépistages du VIH et des hépatites B et C. Le Groupe Hospitalier était jusqu’en janvier à la fois un CDAG et un CIDDIST. Aujourd’hui, je ne peux pas dire qu’il y ait tant de changements pour nous puisque nous réalisions déjà en partie l’ensemble des missions demandées à un CeGIDD.

Pour rappel, le CeGIDD (pour Centre gratuit d’information, de dépistage et de diagnostic) est une structure qui vient remplacer les CDAG (Centres de dépistages anonymes et gratuits) et les Ciddist (Centres d'information, de dépistage et de diagnostic des infections sexuellement transmissibles). Ce regroupement (demandé et financé par l’ARS) permet de joindre les compétences des deux structures afin d’élargir les propositions de dépistage et avoir une meilleure capacité de traitement."

 

Qu’apporte donc le CeGIDD pour le public ?

Dr M. R. "Il offre plus de possibilités et permet un meilleur maillage du nord du département, avec une augmentation des plages d’ouvertures (3h30 par jour, 4 fois par semaine)."

 

Avant la fusion, que représentait le CDAG de La Rochelle en quelques chiffres ?

Dr M. R. "2015, l’ancien CDAG, c’était :

  • Nombre de consultations médicales : 3145
  • File active de patients: 2619
  • Nombre de patients vus pour la 1ère fois cette année: 2619
  • Nombre de patients suivis sur l'année 2014 : 32
  • Tests pour le dépistage du VIH : 2575
  • TROD : 124"

 

En parlant de TROD, pouvez-vous nous indiquer en quoi cela consiste et sa valeur ajoutée ?

Dr M. R. "Le test rapide à orientation diagnostic (TROD) est un dispositif qui permet, grâce à l’extraction d’une goutte de sang, de savoir immédiatement si l’individu est positif ou négatif au test du VIH. Ce test est réalisé chez les personnes ayant connu une prise de risque il y a plus de trois mois. Il permet donc de dépister un plus grand nombre de personnes, d’obtenir un résultat quasi-immédiat tout en effectuant une manipulation moins chère et moins contraignante qu’une prise de sang.

Nous proposons au CeGIDD de La Rochelle ce test TROD depuis maintenant 3 ans. Ce test, moins cher, nous permet de nous rendre hors-les-murs pour encourager au dépistage et sensibiliser aux maladies sexuellement transmissibles."

 


Qu’elle est la différence entre le TROD que vous proposez et l’Auto Test de Dépistage du VIH, disponible en pharmacie depuis 2015 ?

Dr M. R. "Le test disponible en pharmacie ne doit pas encourager les rapports non protégés puisqu’il y a bien d’autres maladies sexuellement transmissibles. L’autotest de dépistage du VIH est un kit qui s’achète pour permettre à une personne (majeure ou non) qui a eu un comportement à risque il y a plus de 3 mois, de se dépister pour le VIH et de façon autonome. Le risque bien sûr reste l’interprétation du test et le non accompagnement immédiat face à un test positif. Cela peut donc créer un sentiment de panique face aux résultats. Il permet cependant à des personnes qui ne veulent pas aller en laboratoire ou au CeGIDD de faire un premier pas vers le dépistage."

 

Quel bénéfice pour le patient ?

Dr M. R. "Ce dispositif a été mis en place pour permettre un accroissement des dépistages puisque beaucoup trop des dépistages sont effectués trop tard et portent donc un risque de contagions. Encore un trop grand nombre de personnes s’ignorent positives et arrivent souvent trop tard. Dépister tôt c’est aussi permettre par le traitement de diminuer le risque de transmission du virus du VIH et juguler l’épidémie."

 

Pour revenir à la newsletter